À nous la liberté d'expression et d'avoir le courage d'être plus fort que jamais.

Bienvenue sur le site SPIL.CA

 
Petit clin d'oeil de M, Jean-Luc Lemieux
2012-01-01
 
Texte : Jean-Luc Lemieux
Photo : Jean-Luc Lemieux, Archive Camion Thibault et SSI Lévis
PDF/JN
 

 

Incendie à Lévis, septembre 1966

Le 28 septembre 1966, le feu ravage le Syndicat du Bijou situé sur la rue Commerciale et endommage l'édifice de la Banque de Montréal situé au coin de l'Avenue Laurier et de la rue Commerciale, aujourd'hui Saint-Laurent. Le Salon de barbier Lemieux & Frère sera également touché par l'incendie. Ces deux commerces fermeront leurs portes et les édifices seront détruits. L'assiette de l'avenue Laurier sera modifiée, un genre d'échangeur prendra sa place en bordure de la gare du chemin de fer, un nouvel accès aux traversiers sera aménagé plus à l'Est et un petit restaurant sera construit: Le Capitaine.

Démobilisé dans les années 1970, le camion Fisher a été utilisé par le Club Lion de Lévis et par une station radio située sur le boulevard Laurier, à Sillery à des fins de publicité.  Par la suite, il a été récupéré par le service des biens immobiliers de la Ville de Lévis, recouvert d'une bâche et garé pendant deux ou trois ans à l'arrière du garage municipal de la rue Saint-Omer. Puis, il est disparu, on ne sait où.

Les archives la Ville ne sont pas très bavardes sur la date d'acquisition du véhicule, peut-être 1932. Une recherche plus poussée serait nécessaire. Mais on sait, grâce à une photographie, qu'en 1939-1940 le service des incendies possédait un camion à boyaux, la pompe Fischer, deux pompes tractées et encore une superbe pompe à vapeur qui était astiquée à l'occasion. Était-elle opérationnelle, je ne sais pas?

Revenons au camion Fischer. Ce dernier possédait deux moteurs. Le premier assurait la motorisation et le second actionnait une pompe d'une capacité de 500 gal/m. Le moteur était directement "accouplé" à la pompe sans aucun dispositif d'embrayage. À l'origine, le camion possédait un pare-choc double. Deux pare-chocs séparés par des gros ressorts. Dans les années cinquante, le pare-choc frontal et les ressorts ont été enlevés.

La nuit, lors d'une sortie, l'on pouvait entendre le bruit du moteur à des centaines de mètres à la ronde.

L'échelle aérienne que l'on voit à l'arrière a été prêtée au Musée des Sciences et des Technologies à Ottawa où on peut l'admirer à l'occasion. Elle est encore opérationnelle selon un conservateur du musée.

N.B.  Le devant du camion à incendie de marque Fisher a légèrement été embelli pour faire disparaitre de l'équipement qui avait remisé sur le pare-choc et le moteur pendant l'incendie.

Photo Jean-Luc Lemieux

Incendie, Lévis, 1966

À la gauche de la photographie, une partie de la confrérie des chauffeurs de taxi de Lévis dont le "Stand" était situé à moins de cent mètres. Dans certains cas, ils précédaient les policiers-pompiers et plusieurs participèrent à des sauvetages. Par contre, dans certaines circonstances, ils pouvaient devenir un embarras au travail des hommes du feu.

Lors de la conflagration du 15 janvier 1958, au coin des rue Bégin et Guenette, ils vident un camion-pompe de tous ses boyaux  pensant faire un bon coup. (Anecdote relatée par le Capitaine Jean-Marie Genest et l'assistant chef Théodule Morin).

Photo Jean-Luc Lemieux

Incendie, Lévis, 1966

Voici une photographie de l'incendie du Syndicat du Bijou en 1966 situé sur la rue Commerciale, aujourd'hui Saint-Laurent.Le Syndicat du Bijou était un commerce très florissant à l'époque L'incendie s'était propagé à l'édifice voisin (gauche de la photographie) qui avait façade sur l'Avenue Laurier.

 

Photo archives de la firme Thibault.

Photo archives Service de Sécurité Incendie de la Ville de Lévis Caserne 1 (Secteur Desjardins)

 Texte : Jean-Luc Lemieux

 

 

René Leclerc | © 2011 Tous droits réservés à INFOCUS MULTIMÉDIA.