À nous la liberté d'expression et d'avoir le courage d'être plus fort que jamais.

Bienvenue sur le site SPIL.CA

 

Conflagration du 15 janvier 1958, Lévis.

Reportage le : 01-01-2013

Encore une fois cette année le SPIL.CA est heureux de vous proposer un reportage qui nous fait remonter dans le temps. 

Ce reportage porte sur un incendie qui ravageait les bâtiments de la rue Guénette et Bégin à Lévis le 15 janvier 1958. Ce retour dans le temps est une gracieuseté de M. Jean-Luc Lemieux, collaborateur depuis quelques mois de l’équipe du SPIL.CA.

Il est à noter que M. Lemieux nous a proposé ce type de reportage l’an passé en nous faisant remémorer l’incendie du Syndicat du Bijou qui était situé coin l’Avenue Laurier et de la rue Commerciale (aujourd’hui rue Saint-Laurent à Lévis); feu qui eu lieu en septembre 1966.

Les photos d’aujourd’hui sont une gracieuseté de M. Michel Thibault de Lévis.

 
Texte : Jean-Luc Lemieux SPIL.CA
Photo : Michel Thibault
PDF/JN
 

Photographie prise à l'intersection de l'avenue Bégin et la rue Carrier. La maison Dorval et l'Édifice Légaré en flamme.
____________________________________________________________________________
 

La journée du 15 janvier 1958 s’annonce comme une journée comme l’on en connaît bien d’autres dans la vie d’une municipalité, surtout en hiver. Le temps est maussade, le ciel marqué de gros nuages gris et bas se déplaçant rapidement et le vent souffle du nordet pour écorner les bœufs, comme se plaisent à le dire les gens du Québec. Parfois, il faut plier l’échine pour avancer plus librement et se garantir le mieux que l’on peut sur les trottoirs glacés du secteur. C’est encore l’époque où les employés municipaux étendent, pelle en main, du mâchefer dans les rues et sur les trottoirs.

Ce matin-là, comme à l’accoutumée, vers 0745, je franchis l’intersection de la rue Guenette et de l’Avenue Bégin me rendant au Collège de Lévis  avec un certain plaisir car c’est un mercredi et les cours font relâche, depuis des décennies, en après-midi.
 
Rien ne laisse présager le drame qui va se jouer dans la matinée car, peu de temps après 0900, un incendie d’une rare violence va changer, pour un temps donné, le portrait de l’intersection.

____________________________________________________________________________
 

En bordure est de la rue Guenette, à l’endroit où l’on retrouve actuellement un édifice administratif de la Caisse populaire de Lévis, se dresse une construction imposante de trois étages abritant le commerce de meubles P.T. Légaré Inc . Cet édifice, comme bien d’autres dans  le secteur, est une construction entièrement en bois érigée par Albert Shaienks dans les années 1900 pour abriter une menuiserie et une fabrique de jouets. Cette immense construction est entourée de belles résidences. Au nord, les maisons Dorval et Demers ; au sud, les maisons Lambert et Cloutier et une ruelle  en bordure de laquelle jadis l’on retrouvait l’une des premières casernes à incendie de la Ville de Lévis naissante.
 
À l’arrière, ayant façade sur la rue Chabot, opèrent les usines de la Lévis Textile Ltée et Vaillancourt, et en face, l’autre côté de la rue, la demeure St-Pierre. Tout ceci sans compter toute une série de hangars, de remises et de garages.
____________________________________________________________________________
 

Au sud ouest de la dite intersection, se dresse l’imposant édifice de l’épicerie de Victor Lemieux avec ses trois étages et des annexes qui servent d’entrepôts.  Adjacentes à cette construction, une cabine téléphonique, une roulotte et la maison Garant.
En face, de l’autre côté de l’avenue Bégin, à quelques centimètres de l’Édifice Plante, l’on retrouve, en ordre, une maisonnette, un petit hangar, une station de service arborant l’enseigne de la pétrolière Texaco, propriété de Henri Roy, et la maison Turgeon qui a façade sur la rue Guenette.

Quelques jours auparavant, le 5 janvier un violent incendie avait fait rage sur la rue Saint-Louis détruisant plusieurs commerces et jetant sur le pavé plusieurs familles. À la suite de ce sinistre, l’échelle aérienne du Service des incendies, acquise en 1955, était hors service pour réparation et entretient.
 
Le lecteur est invité à parcourir la publication intitulée :
Chronique des incendies à Lévis de 1855 à nos jours *qui a pour auteur M. André Carrier et qui a été publié en mai 1993.
______________________________________________________________________________________________

*CARRIER, André, : Chronique des incendies à Lévis de 1855 à nos jours,  Redocom Inc et les publications Credo, 1993.
____________________________________________________________________________
 

Pendant ce temps, Michel Thibault, étudiant en sciences de l’éducation à l’Université Laval, avait décidé de ne pas se rendre à ses cours car les traversiers éprouvaient des difficultés à la suite des mauvaises conditions de glace et de vent qui rendaient la navigation difficile. Il possédait un appareil photographie de marque Ansco, de format 2 ¼  X 2 ¼. Rien de bien performant par rapport aux normes d’aujourd’hui mais qui faisait le bonheur de son propriétaire.

____________________________________________________________________________
 

 

Vers 0900, un incendie éclate dans l’édifice de meubles P.T.Légaré Inc.  Les pompiers accourent de leur caserne située à l’intersection de la rue Saint-Georges et de la Côte-du-Passage à moins d’un kilomètre de là. Malgré un travail héroïque des hommes de la brigade, des employés du service de la voirie, des chauffeurs de taxi et de plusieurs citoyens, les flammes s’attaquent à plusieurs des édifices précédemment mentionnés. De plus, l’un des véhicules du service des incendies, un camion de marque GMC, est incendié après que des fils électriques eurent tombés sur ce dernier. Les pompiers de Lauzon, de Saint-David de l’Auberivière et plusieurs équipes de Québec sous les ordres du Chef Rosaire Beaulieu s’amènent pour prêter main forte. Vers midi, le feu est déclaré sous contrôle mais les dégâts sont énormes. Le paysage du secteur vient d’être modifié pour des années à venir. Les dommages s’élèvent à plus d’un million de dollars.

 

____________________________________________________________________________
 

Les flammes s'attaquent aux édifices à l'est de l'avevue Bégin.
____________________________________________________________________________
 

Le Commerce de meubles P.T. Légaré Inc dévoré par les flammes

____________________________________________________________________________
 

Rue Guenette: un vent violent attise les flammes

____________________________________________________________________________
 

Rien n’arrête les flammes!

Les industries Lévis Textile Inc et Vaillancourt sont consumées en peu de temps

____________________________________________________________________________
 

10h30

Incendie hors contrôle

____________________________________________________________________________
 

DÉSOLATION!

Photographie prise vers 10h45 sur la rue Guenette avec regard vers l’Église Notre-Dame de la Victoire.

____________________________________________________________________________
 

Les flammes traversent la rue Guenette et s’engouffrent dans l’avenue Bégin.

____________________________________________________________________________
 

DESTRUCTION D’UN CAMION

 

Au cours de l’incendie, une auto-pompe du service des incendies de la Ville de Lévis a été réduite en cendres lorsque des fils à haute tension ont cédé sous l’effet de la chaleur et ont atterri sur le camion de marque GMC. À l’arrière plan, l’Édifice Plante et une échelle aérienne du Service des Incendies de la Ville de Québec.

____________________________________________________________________________
 

La maison H.Roy, adjaçante à l'Édifice Plante est la proie des flammes. Deux pompiers luttant vaillamment contre le vent et les flammes.
____________________________________________________________________________
 

À gauche: ruines de l’épicerie et des dépendances de l’épicerie de Victor Lemieux.

Çi-haut: les flammes s’attaquent à la toiture de l’Édifice Plante, ave-nue Bégin. Échelle aérienne du Service des incendies de la Ville de Québec.

____________________________________________________________________________
 

Les pompiers de Québec, de Lauzon, de Saint-David-de-l’Auberivière, des ambulanciers,

des gens de l’Hydro, des employés municipaux, de nombreux bénévoles et, comme le veut la coutume, des chauffeurs de taxi, viennent en aide aux pompiers lévisiens.

 

MERCI

Photographies: Michel Thibault

Texte: Jean-Luc Lemieux SPIL.CA

 

René Leclerc | © 2011 Tous droits réservés à INFOCUS MULTIMÉDIA.