À nous la liberté d'expression et d'avoir le courage d'être plus fort que jamais.

Bienvenue sur le site SPIL.CA

 

Homélie de la messe 2011

Mes chers amis,

Je dois bien vous avouer en partant que j’aurais préféré un autre extrait d’évangile que celui que nous venons de proclamer à l’occasion du 10e anniversaire de l’effondrement des tours de New York par des terroristes.

En même temps, je me dis que c’est peut-être pas si inutile que ça…C'est un texte qui est provocant, dérangeant et qui peut nous remettre en question… Parfois, nous entendons dire que le Christianisme, c’est une religion pour les faibles, les non agressifs, les moutons qui n’ont pas de colonne vertébrale… ou encore on dit du Christianisme que c’est une religion facile, peu exigeante, si bien le monde peut faire ce qu’il veut…

L’évangile d’aujourd’hui jette du discrédit sur ces affirmations trop rapides. Il est vrai que les deux grands commandements de Jésus gravitent autour d’un seul mot : aimer… Aimer Dieu de tout son cœur, de tout son être et aimer son prochain comme soi-même.

Le pardon tel que présenté par Jésus aujourd’hui, se comprend à la lumière de l’Amour que l’on dit inconditionnel…Puisqu’aimer, c’est l’acte le plus noble, le plus élevé que l’être humain peut poser envers l’autre, envers la société et envers Dieu.

Pardonner à quelqu’un dans cet esprit,  c’est lui dire que notre amour est plus grand que son erreur… Pardonner, ce n’est pas une approbation de la bêtise de l’autre, ce n’est pas la permission qu’on lu donne pour qu’il refasse la même chose. Le pardon dans l’évangile nous centre sur la personne à qui on donne le pardon et non sur l’acte posé par celle-ci…

Quelqu’un t’a volé tes sandales, donne-lui ta tunique… on te réquisitionne pour faire un mil, dit Jésus,  fais-en deux… Que ton amour soit plus grand… Va plus loin que la limite de l’autre…

D’ailleurs, Jésus a mis lui-même en pratique son enseignement en pardonnant sur la croix à ceux qui le crucifiaient.

Pardonner ! Pas seulement une fois, ni sept fois, mais sans cesse…  

La question que je me suis posée en lisant l’Évangile d’aujourd’hui dans le contexte de ce dixième anniversaire est celle-ci : Peut-on pardonner aux instigateurs de cette tuerie qui a fait des milliers de morts le 11 septembre 2001?

Jusqu’où va notre pardon…..

Peut-on pardonner le génocide des camps de la mort, la participation aux déportations des juifs ? Les viols, parfois suivis de meurtres ? Les abus sexuels que nous pouvons lire dans les journaux et qui sont faits même par des gens d’Église… La liste des pardons difficiles à donner est longue, et le problème difficile à solutionné, même si on se veut disciple de Jésus.  Jusqu’où va notre pardon…..

Nous serions portés à mettre une limite au pardon…Nous avons de la difficulté à pardonner une fois….  La loi du talion : œil pour œil, dent pour dent, pourrait devenir facilement notre référence morale… Et pourtant ce n’est pas là l’enseignement de Jésus…Ce n’est pas là le message de l’Église, ni de l’Évangile.

Je crois qu’il faut faire preuve de plus d’humilité et considérer que nous ne sommes pas parfaits et que l’erreur de l’autre pourrait être un jour notre propre erreur. La violence est peut-être dans notre cœur, le non-respect de l’autre a peut-être ses assises en nous, la dictature est intéressante pour celui ou celle qui a soif de pouvoir…

Jusqu’où va notre pardon… il revient à chacun de nous de faire le point … De réfléchir là-dessus… et de se laisser interpeller par le Seigneur…  

*************

Je voudrais dire quelques mots en particulier aux pompiers/pompières de la Ville de Lévis. Ce 10e anniversaire  est un peu spécial pour nous puisque 343 pompiers sont morts dans l’exercice de leur fonction. La symbolique des ballons nous rappelle leur présence…. C’est probablement la seule fois dans toute l’histoire des services incendie qu’un nombre aussi important de pompiers meurent dans le même événement, en même temps.

Ces pompiers savaient que c’était dangereux et ils étaient animés, non pas par la peur du danger, mais bien par un seul désir sauver des vies, sauver le plus de personnes possible et ce qu’ils ne savaient pas c’était le don de leur propre vie qui allait se souder au destin de ceux et celles qui étaient dans les tours.

Ils sont devenus des héros pour tous les pompiers, pour le peuple américain et pour tous ceux et celles qui partagent le même métier.  

Aujourd’hui, ils nous enseignent, à nous les pompiers, la prudence dans la passion, la détermination à vouloir vivre jusqu’au bout son idéal.

Je suis certain qu’ils pourraient nous dire : continuez, vous avez le plus beau des métiers. Soyez prudent, faites tout votre possible pour rendre service à votre population. Ne faites pas de vos casernes, des tours infernales… Soyez respectueux entre vous…dans votre équipe, soyez respectueux envers les autorités…acceptez l’autre tel qu’il ait… soyez compatissant les uns envers les autres…soyez capable de pardon.

Je suis certain qu’ils vous diraient regarder toujours en avant, avec un esprit positif. Votre service vit un moment de printemps soyez des acteurs positifs. Soyez cohérent dans votre discours et dans vos actes… Continuez à bâtir votre milieu de travail pour qu’il devienne un milieu de vie où il fait bon d’être ensemble. Ne gaspillez pas ce beau métier par des comportements irritants pour les autres. Soyez unis pour garder en vous et entre vous, le feu de la passion et le goût de servir.

Amen.

Gilles Cloutier ptre.

 

René Leclerc | © 2011 Tous droits réservés à INFOCUS MULTIMÉDIA.